Guinée/Santé : M. Jean Traoré de l’ANSS apporte des précisions sur le processus de vaccinations contre le COVID19

0
112

Le Chef d’Unité Communication et Médias à l’Agence nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), Jean Traoré, a accordé un entretien ce vendredi, 03 septembre 2021 à notre rédaction, au cours duquel, il a apporté des précisions sur certaines informations notamment, la corruption orchestrée par les agents vaccinateurs et la rupture récurrente  du stock de vaccins Synophar dans la zone de Kagbélen qui pourraient   compromettre la gestion du  processus de vaccination contre le COVID-19 en Guinée. Il a également souligné dans notre entretien qui aurait une possibilité de proroger la date  du pass sanitaire qui était prévue le 15 septembre.

Dans son intervention, M. Traoré a évoqué que  le cas de la rupture récurrente  du stock de vaccins Synophar dans la zone de Kagbélen, est dû au fait que, le samedi 28 septembre 2021, ils ont  suspendu les activités de vaccination. « C’était justement pour réorganiser les différents sites. Il y avait des sites où il n’y avait que deux équipes (2), aujourd’hui on a démultiplié les équipes. Sur certains sites à raison de l’affluence, vous pouvez trouver 8 jusqu’à 10 équipes en fonction de l’affluence. Tout cela c’est pour pouvoir accélérer le service de vaccination ».

Sur la même lancée, il a aussi noté qu’ils ont reçu au courant de la semaine dernière 1.300.000 doses de vaccins Synophar et  hier jeudi 02 septembre 2021, ils ont reçu aussi d’autres vaccins et aujourd’hui à 13 heures jusqu’au dimanche 05 septembre 2021 ils vont allons recevoir plus de 400.000 doses de vaccins supplémentaires.

Dans la cadre de trouver une solution palliative contre cette rupture de vaccins  sur certains sites de vaccinations, notre  interlocuteur a laissé entrevoir ceci : « nous avons identifié les sites d’affluence où nos équipes sont en train actuellement de déposer des congélateurs pour pouvoir conserver les vaccins sur place ainsi, les agents vaccinateurs n’aurons pas assez à se déplacer pour sur les différents sites logistiques pour récupérer le vaccin ».

Car, dit-il : « parfois, le retard est dû au fait que pour venir récupérer les vaccins sur les sites, les agents prennent du temps pour retourner avec les embouteillages. Et ce sont les véhicules de l’ANSS qui les déposent donc cela peut aussi créer des retards sur les sites de vaccinations ».

« Si non, officiellement la vaccination sur certains sites est censée démarrer entre 8h30 et 9 heures au plus tard. Maintenant au regard de l’affluence, nous pouvons constater qu’à partir de 6 heures ou 6 heures 30, il y a des ayant-droits  qui viennent  de loin, à partir de 5 heures, ils sont déjà présents sur les sites, nous comprenons leurs efforts et nous sommes en train de travailler pour raccourcir les délais », s’est-il défendu.

Parlant de la corruption orchestrée par les agents vaccinateurs sur le site de Kagbélen, M. Jean n’a pas tardé à signaler que : « le service lié à la vaccination avant d’aborder votre question, j’aimerai d’abord préciser que la vaccination, elle est gratuite et l’Etat et les partenaires se sont engagés à acheter les vaccins pour les donner gratuitement à tout le monde. Toutes les personnes qui vont aller sur les sites de vaccinations auxquelles, on va leur demander de l’argent, ils n’ont qu’à refuser de payer et dénoncer cela, si cela s’est  avéré  qu’ils appellent simplement le 115 ».

Ajoute-t-il : «  nous ne disons pas qu’il n’y a pas de tentative sur les différents sites. Mais ce qui est officiel, c’est que la vaccination est gratuite, le message est passé à tous les vaccinateurs et aussi auprès de toutes les populations pour les informer de cet état de fait ».

Poursuivant ce même angle, il a aussi mentionné que «  si en tant que citoyen vous venez sur un site, vous êtes dans un rang et qu’on vous demande de payer 50 à 100 milles francs guinéens alors que vous avez l’information que la vaccination est gratuite, dès que vous vous permettez de payer, vous avez contribué à renforcer cette corruption. Donc, vous devez refuser ».

S’agissant d’une possibilité de proroger la date du pass sanitaire qui était prévue pour le 15 septembre prochain , le chef d’unité de communication de l’ANSS a assuré qu’ils ont  lancé le pass vaccinal le 1er septembre et ils sont  conscients du fait que toutes les personnes qui ont été vaccinées ne se trouvent pas encore dans la base de données.

« Donc, nous avons dit que les carnets verts restent disponibles jusqu’au 30 septembre 2021. Pendant ce temps, nos équipes sont en train de faire la rétro saisie pour pouvoir intégrer toutes les personnes qui ont été vaccinées. A partir du 30 septembre 2021, le pass électronique va entrer en vigueur parce que beaucoup de personnes se permettent de photocopier où de multiplier les carnets de vaccinations pour dire qu’elles sont vaccinées alors qu’elles ne le sont pas. Or, si c’est électronique, le certificat électronique ne peut être généré avec vos informations. Si vous êtes effectivement enregistré dans la base de données », conclut-il.

Oumar Kéita

Facebook Comments Box