FÉDÉRATION GUINÉENNE DE FOOTBALL: CACOPHONIE SUR FOND DE CORRUPTION AU SEIN DE LA COMMISSION D’ÉTHIQUE AMADOU DIABY TOUJOURS SUSPENDU

0
74
Réuni ce samedi 20 février en réunion extraordinaire, l’ensemble des membres de la commission d’éthique de la fédération guinéenne de football a flétri le comportement anti-démocratique de son président qui rétablit sur décision illégale unilatérale Amadou Diaby dont la procédure d’enquêtes pour des faits présumés de corruption est pendante devant elle.
Le code d’éthique de la fédération ( s’il en existe un évidemment ) doit refléter comme l’indique l’article 60 des statuts de la fédération guinéenne de football,les principes du code d’éthique de la fifa.( alinéa 3 ).
Hors l’article 70 du code d’éthique de la fifa : compétence du président de la chambre de jugement statuant seul dispose, alinéa 1 “Le président de la chambre de jugement peut prendre seul des décisions pour des cas liés à des infractions punies uniquement par des sanctions financières, ou lorsque la sanction à imposer est une mise en garde, un blâme ou une formation en matière de conformité.”
En dehors des cas précités ci-dessus l’article 77 : DÉCISION, du code d’éthique de la fifa dispose :
 1/ Toute décision est prise à la majorité des membres présents.
 2/ Tous Les membres présents doivent voter.
 3/ En cas d’égalité des voix,celle du président est prépondérante.
 Selon donc le code d’éthique de la fifa qui promeut la démocratie dans les prises de décision, le droit penche vers la majorité des membres ( qui ne sont pas que des figurants ou des marionnettes ) qui a décidé du maintien de la décision de suspension d’Amadou Diaby jusqu’à la reprise et l’aboutissement de son jugement après que les préalables ( mise en place de la commission de recours… ) aient été remplis conformément à la sentence du TAS qui néanmoins a bien précisé au point 134 de ladite sentence “Le renvoi de la présente cause à la commission d’éthique repose sur de sérieux vices procéduraux, MAIS NE DOIT PAS ÊTRE INTERPRÉTÉ COMME UNE RELAXE DE L’APPELANT. ( C’est à dire Amadou Diaby )….
 Au vu de ce qui précède,le maintien de la suspension d’Amadou Diaby par l’écrasante majorité des membres de la commission d’éthique procède du bon droit. Elle est légale et justifiée.
En conséquence Amadou Diaby reste sous le coup d’une sanction jusqu’à la conclusion prochaine de son jugement et ne peut réintégrer le comité exécutif de la fédération. IL RESTE UN VICE-PRÉSIDENT SUSPENDU.
Telle est l’interprétation juridique de l’imbroglio déshonorant au sein de la commission d’éthique qui pourtant, auparavant,bénéficiait d’une grande estime des acteurs du monde sportif,avant que les démons ne s’interposent entre eux.
VOICI LE COMPTE RENDU DES 7 MEMBRES DE LA COMMISSION D’ÉTHIQUE DE LA FGF
Facebook Comments Box