Election 2020 : De grands absents à la course s’expriment !

0
182

Après des débats autour de la participation ou non des ténors de l’opposition à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain, les guinéens sont désormais situés par rapport à ceux qui sont partants et ceux qui ne prendront pas part à ce grand rendez-vous électoral. Mais ce qui attire surtout l’attention, c’est l’absence surtout aux joutes électorales prochaines de grands partis comme l’UFR de Sidya Touré, le PEDN de Lansana Kouyaté, ainsi que le BL de Dr Faya Millimono.

Les leaders de l’Union des forces républicaines (UFR), du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) et du Bloc libéral (BL) qui n’ont l’habitude de participer à l’élection présidentielle ont opté une nouvelle fois pour le boycott comme ils l’avaient fait lors des élections législatives du 22 mars dernier. Les leaders de ces formations politiques ont tous évoqué les raisons de leur absence à l’élection présidentielle prévue le 18 octobre prochain.

« Il faut qu’il y ait de la morale et du respect des engagements pris »

Saïkou Yaya Barry, le secrétaire exécutif de l’UFR soutient que son parti s’inscrit dans le combat du FNDC : « On a décidé de ne pas participer à cette élection, nous nous inscrivons dans cette logique du combat que mène le FNDC, nous pensons que la Guinée a besoin de se refaire. Il faut qu’il y ait de la morale, du respect des engagements pris. Nous vivons dans une société où l’autorité viole toutes les lois et où tous les repères sont bafoués. Nous pensons que l’avenir de ce pays ne passera pas sans la morale ».

« Ce combat, c’est à la fois pour nos illustres disparus… »

Du côté du PEDN, le bureau exécutif s’est fendu d’une déclaration pour officialiser sa non-participation à cette élection.

Selon ce parti, « La stabilité, l’attractivité, la visibilité dans la politique publique et la cohésion nationale viennent de subir un autre coup, certes fatal, mais pas pour le peuple de Guinée qui saura se servir de ce qui semble perdu pour honorer les devanciers, ceux qui ont tout sacrifié pour que nous soulevions la tête face au monde entier. Ce combat, c’est à la fois pour nos illustres disparus, pour nous-même et pour nos progénitures. Au su de ce qui précède, le PEDN condamne fermement cet acte de boulimie déshonorant et générateur davantage de risque du pays sur l’attractivité de la Guinée »

Vue toutes ces manœuvres, le parti a renoncé sa participation à cette course pour la présidentielle : « Le Bureau Exécutif National du PEDN, après consultation de l’ensemble des fédérations de l’intérieur du pays et de l’extérieur de la Guinée, informe l’opinion nationale et internationale de son refus de cautionner la forfaiture, en ne présentant pas de candidat à une élection présidentielle où la candidature illégale du Président sortant Professeur Alpha Condé est admise »

A cette occasion, il appelle le peuple de Guinée à la mobilisation et la détermination, afin d’éviter à la Guinée, d’autres saignées regrettables.

Pour ce qui est de la participation du président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, l’un des membres du FNDC à cette élection, le président Lansana Kouyaté a réagi en ces termes : « C’est le choix de l’UFDG, pas celui du PEDN »

Et d’ajouter : « Nous n’allons de même pas violer nos principes pour ceux qui ont avec nous pleuré les morts du 22 mars 2020, rejeté la constitution imposée au peuple, condamné la violence subie par les sages des 4 régions naturelles de la Guinée. J’espère que les militants de l’UFDG sont assez justes pour comprendre ces raisons simples, mais profondes ».

« Nous pouvons faire bouger la force pour faire partir Alpha Condé »

Pour sa part, Dr Faya Millimono, le président du BL a aussi décidé de ne pas participer à la prochaine élection présidentielle.

Selon lui, pour savoir ce que le parti veut, des consultations ont été engagées aux niveaux des 41 fédérations du grand Conakry et la vingtaine de fédérations dans le monde.

Il a fait savoir qu’a l’issue de ces consultations, du sommet à la base, le BL a décidé de ne pas participer à la présidentielle du 18 octobre 2020 suite à la proposition de la majorité.

Dr Faya Millimono a évoqué les raisons de ce retrait à savoir : « L’état du fichier électoral, l’adoption d’une nouvelle Constitution, la détention des prisonniers politiques dans geôles du pays ».

Avant de réitérer que sa formation politique continuera le combat avec le FNDC jusqu’à la satisfaction : « Je crois que le travail que le FNDC doit faire aujourd’hui, c’est d’aller partout où se trouvent les guinéens. Les guinéens en majorité n’ont plus foi à ce qui se passe. Donc, ne perdons pas une minute. Je vais dire aux collègues qui sont du comité de pilotage avec moi, de mettre la balle à terre. Tournons-nous vers les guinéens, c’est là qu’il y’a la force. Nous pouvons faire bouger la force pour faire partir Alpha Condé ».

« Avec cette décision, ils ne respectent plus la mémoire des victimes… »

De son côté, a boudé l’élection et il a réagit à la participation du chef de file de l’opposition.

Dans sa réaction, El hadj Mamadou Sylla a soutenu que le combat mené par Cellou Dalein Diallo depuis des années est voué à l’échec : « ça été une surprise pour moi. La cause pour laquelle il se battait jusqu’hier dimanche est tombée à l’eau aujourd’hui. A cause de cela, il y a des gens parmi eux qui ne me parlent plus, notamment lui, à cause du fait que j’ai accepté d’aller aux élections législatives. Et pourtant, nous, nous sommes allés à ces élections avec la Constitution de 2010, alors qu’eux ils partent avec la Constitution à laquelle ils se sont farouchement opposés pour la mise en place ».

Une synthèse de

Cherif Djiba Sano

Facebook Comments Box