Bakary Keïta de l’UFDG prévient : « A ce stade, nous n’avons pas d’autres choix que les manifestations»

0
62

La Direction nationale de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée ( UFDG) a pris acte de l’appel à la reprise des manifestations de rue, lancé récemment par les jeunes du parti. C’est Cellou Dalein Diallo même qui en a fait l’annonce samedi dernier. C’était à l’occasion de l’assemblée générale virtuelle de la formation politique. Abordé ce lundi, 12 juillet 2021 sur le sujet dans l’émission « Mirador » de FIM FM, le président du Comité des jeunes de l’UFDG a fait savoir qu’il n’y a plus une autre alternative que les protestations sur les places publiques.

« On peut dire que c’est l’une des dernières armes que nous n’avions pas voulu utiliser », précise d’abord l’invité. Ensuite, il indique que la faiblesse de la justice est ce qui pousse au recours aux manifestations de rue.

« Nous avons fait une trêve politique pendant longtemps et nous avons fait recours à la justice qui se dit incompétente de traiter les affaires courantes qui l’ont été soumises. Donc, nous sommes à un stade où on n’a pas le choix que de faire recours aux manifestations. A ce stade, nous n’avons pas d’autres choix que les manifestations », dit Bakary Keïta.

 

Pour lui, les arguments du gouvernement « pour dire que toutes formes de manifestation sont interdites en Guinée ne tiennent pas la route parce que, eux-mêmes, ils sont régulièrement en train d’organiser des manifestations. Ils ont organisé récemment à la caisse nationale de sécurité sociale à Boké.  De nombreuses manifestations sont organisées. Qu’on nous laisse la latitude d’organiser notre manifestation qui nous a été conférée par les lois de la république ».

Il souligne par ailleurs que l’UFDG est prête à rencontrer toutes les autorités compétentes pour échanger sur les dispositions à prendre en vue de la bonne organisation des manifestations en vue.

La Guinée.info

Facebook Comments Box