Affaire Ebomaf: le PDG de la société GUITTER SA répond aux accusation portée par  M. Mahamadou Bonkougnou et son équipe.

0
56

Le Directeur général  Kaba Guitter de la société Guitter  SA brise le silence  en organisant ce  jeudi  07 octobre 2021 à Conakry   une conférence de presse. Il s’agit de  l’affaire qui oppose son entreprise et la société Ebomaf.

Il a expliqué aux  hommes de média qu’une attentive flagrante de surfacturation se faisait de la part de cette société  quand il s’agissait  d’exécuter les travaux.

Venant de la part de celui que la société GUITTER SA coïnciderait jusque- là comme un partenaire de circonstance dans des projets de réhabilitation et de  construction des tronçons  routiers Kankan- Kissidougou et Kankan-Mandiana est simplement inadmissible, choquant, voire totalement  intolérable. aussi, avant que la société  GUITTER SA n’use  de son droit de réplique, en se fondant sur le parallélisme  de forme.  A-t-il affirmé.

par rapport  au sujet des relations entre la société GUITTER SA et EBOMAF, le Directeur général de la dite société rappelle que » j’ai fait la connaissance  de M. Mahamadou Bonkougnou a travers la plus haute personnalité  du président déchu. laquelle  ma demande  de bien vouloir accompagner Ebomaf dans la réalisation des travaux susmentionnés qui lui tiennent a cœur . c’est ainsi qu’après de nombreuses déplacement,  les travaux techniques préliminaire réalisés sur le terrain  avec  le concours de toutes les parties, précédés bien entendu des démarches  administratives, une entente librement  consentie a été conclu entre GUITTER SA et EBOMAF SA   en vue de la mise  en place d’un groupement. dans le dit groupement, 49 pourcent des parts revenaient à la première [GUITTER SA]  et 51 pour cent à la  seconde [EBOMAF SA].

c’est de bonne guerre, tout simplement  parce que ces différends,  qui sont réels, ne sont pas tout à fait à son honneur. Le premier grand différend  en fait est né de la fixation des volumes de travaux détaillés par tronçon. GUITTER SA s’étant rendu compte d’une attentive flagrante de surfacturation, a exigé de son partenaire de circonstance de revoir ces  volumes a la baisse étant donné que les prix unitaire étaient compétitif ».

 »concernant  la réalisation du contrat, le PDG précise que » GUITTER SA a choisi de procéder par le mécanisme des options[ forme  et optionnelle]. Le premier contrat signe et qui avait été fait enregistré par les seuls bons soins de GUITTER SA  été annulé. GUITTER SA a signé le contrat Kankan-Mandiana » la tranche ferme est de 35 000 000 euros, la tranche optionnelle est de 126 948 363.10 Euros pour EBOMAF  a signé le contrat Kankan-Kissidougou, par la tranche ferme  est de 65 000 000 euros, la tranche optionnelle est de 240 824 856. 91 euros.

Pour l’exécution des contraintes, le Kaba  Guitter, explique  » mon entreprise aurait réalisé une centaine d’ouvrages et effectué certains travaux sur le tronçon Kankan-Kissidougou. chose extraordinaire et impensable par rapport aux dites réalisations, il importe de porter à la connaissance de l’opinion publique guinéenne que depuis la pose la première  pierre, le PDG d’Ebomaf n’a plus mis les pieds sur le terrain ».

pour  ceux qui est de la remise d’un cheque de 15 milliards et 50 conteneurs de bitume a GUITTER SA  le PDG dément que  en disant ceci » taire certains pans d’une entente librement consentie, qui  plus  est sous l’œil avisé  de la plus haute personnalité du pays, relevé de la fausseté  et de la supercherie. la vérité ,  c’est que après avoir crées le vide sur la tranche ferme affecté a son entreprise que le PDG Ebomaf a sollicite du PDG de GUITTERE SA  qu’il veuille exécuté a leur place un certains nombre de  taches sur le terrain. prudence oblige, le PDG de Guitter sa a exigé une évaluation de tout ce que le PDG Ebomaf mettait a sa disposition. l’entretien s’était fait  en présence de l’ex président qui a instruit le conseiller  chargé des infrastructures a la présidence de la République et le Directeur  des infrastructures de l’ACGP. ce qui  fut fait a la suite de quoi la remise d’un cheque de 15 milliards de fng  lui a été faite par le canal du chef de protocole sur instruction du président déchu.  le PDG d’Ebomaf a bel et bien reçu 65 millions d’euros en septembre 2014 et 120 millions d’euros le 27 mars 2017 par l’entremise  de deux lettres de garantie ».

affaire  a suivre

Aboubacar  II  Sylla

626007479

Facebook Comments Box