Le gouvernement guinéen entend renouveler le contrat de transport de la Société Turque ALBAYRAK avec d’autres visions à l’orée de cette nouvelle année. Cette nouvelle est mal accueillie dans le rang des travailleurs. Une idée qui n’est pas de leurs gouts.

Ces derniers craignant ne pas perdre leurs emploi en changeant des sociétaires, car pour eux le départ des Turcs pourrait conduire tout le monde au chômage à l’image des sociétés précédentes (LA SOGEAG-LA SOGEA-ET LA SOTRAGUI). Des sociétés jadis très importantes et utiles au monde de transport en Guinée, ont été tués dans l’œuf à l’occasion du changement de tête (les différents partenaires étrangers).

Actuellement les travailleurs divisés et les responsables chargés des transports en République de Guinée sont à couteau tirés. Certains sollicitent le maintien des Turcs dans les transports en Guinée malgré leur contrat avec le Gouvernement Guinéen arrive à grand pas au terme. Mais d’autres parmi les travailleurs rejettent cette idée de continuité pour se séparer des Turcs à cause de leurs tracasseries suivies des mauvais traitements humains et salariales.

Selon ABOUBCAR Fofana, ancien responsable syndical, les nouvelles autorités du pays doivent aider les travailleurs à tirer au claire ce dossier de transports en souffrance depuis la première République.

bcmedia.org

Facebook Comments Box