À Bafoussam, le Sénégal et la Guinée se sont quittées sur un triste match nul ce vendredi 14 janvier pour le compte de la deuxième journée (0-0). En cas de victoire, une des deux équipes aurait déjà pu se hisser en huitièmes de finale.

Après avoir remporté de justesse son premier match face au Zimbabwe à la faveur d’un penalty transformé par Sadio Mané en fin de rencontre, les Sénégalais, toujours diminués par la pandémie de Covid-19, affrontaient les voisins guinéens. Un derby qui pouvait déboucher sur une qualification en huitièmes de finale en cas de victoire.

Si les Lions de la Téranga avaient l’avantage des statistiques face au Syli national, – vainqueurs de leurs deux précédents derbies en Coupe d’Afrique des nations-, ils ont bien eu du mal à prendre en main la partie, surtout en première période. Faibles techniquement, les finalistes de la dernière CAN, n’ont jamais pu faire douter la Guinée lors des quarante-cinq premières minutes.

Morgan Guilavogui avait le but du 1-0 au bout du pied

Pire, ils ont été bousculé à plusieurs reprises. Comme à la 31e minute où Morgan Guilavogui aurait pu ouvrir le score, bien lancé par Naby Keita. Sa frappe est un peu trop écrasée. Le Sénégal, première nation africaine au classement Fifa, n’est pas à la hauteur. Si Sadio Mané arrive parfois à obtenir des coups de pieds arrêtés, le joueur de Liverpool ne profite pas d’un coup franc aux 20 mètres face au but. Le ballon termine dans le mur adverse (15e).

En seconde période, le Sénégal a accéléré un peu et pris le jeu à son compte. À la 56e minute, Abdou Diallo a claqué une belle tête que le gardien Aly Keita a dû repousser en corner. Juste avant, Bouna Sarr, s’est illustré à deux reprises. Tout d’abord sur un coup franc enroulé (53e) et ensuite sur un centre au premier poteau (55e). À la 67e minute, Sarr, très remuant, a aussi croisé un peu trop une frappe devant le but.

Le Sénégal qui avait reçu un bon coup de main de la part des Zimbabwéens lors de son entrée dans la compétition n’a pas vraiment brillé en ce début d’après-midi du côté de Bafoussam où il faisait près de 35 degrés. Il lui faudra attendre son dernier match de poule face au Malawi, un adversaire largement à sa portée sur le papier, pour définitivement valider sa qualification pour les huitièmes.

rfi.fr

Facebook Comments Box